Skip to Content
Centre national des arts plastiques

La Galerie, centre d'art contemporain

Share Share Share Share Share

Fables du doute

Arts plastiques - Exposition
24 mai • 26 juillet 2008
Athanasios Argianas, Ulla von Brandenburg, Kit Craig, Christian Frosi, João Maria Gusmão + Pedro Paiva, Nick Laessing, Goshka Macuga Curateur invité : Simone Menegoi Dans un désir d'ouverture à l'international, La Galerie poursuit son programme de résidences pour curateurs étrangers et accueille cette année Simone Menegoi en résidence trois mois à Noisy-le-Sec pour réaliser l'exposition « Fables du doute ». Cette exposition explore les rapports qui, au 19ème siècle et au cours d'une partie du 20ème siècle, ont existé entre science, art et croyances irrationnelles (spiritisme, magie…). Sept artistes européens, dont beaucoup exposent pour la première fois en France, se confrontent à cette dimension de l'histoire culturelle en adoptant une position complexe et ambiguë, où un certain recul n'exclut ni l'attrait du passé ni le mystère. On peut décrire ce positionnement en se référant à la célèbre théorie esthétique de Samuel Taylor Coleridge. Le poète romantique anglais affirmait que le rapport du lecteur à l'oeuvre de fiction se fondait sur une « suspension de l'incrédulité » – un abandon momentané de la faculté critique permettant l'implication émotionnelle dans le récit. Le titre paradoxal de l'exposition « Fables du doute » fait allusion à la possibilité inverse : il imagine un rapport à la narration reposant à la fois sur la croyance et sur le doute. La relation à l'oeuvre qu'il propose n'est ni crédule ni simplement sceptique, ni nostalgique ni indifférente, mais embrasse toutes ces possibilités en même temps, venant résoudre provisoirement leur antagonisme. Au-delà de leur intérêt pour les rapports entre science, art et irrationnel, les artistes de l'exposition partagent certains choix esthétiques. Renonçant intentionnellement à la technologie numérique, ils privilégient des supports historiques comme la pellicule filmique et le disque vinyle. Ils ont également recours à la peinture et au dessin figuratifs, et parfois aux médiums les plus anciens pour représenter la réalité ou du moins en rendre l'illusion. Ces mêmes artistes recréent encore des inventions et des techniques qui, tombées dans l'obsolescence, redeviennent à nos yeux inconnues et retrouvent un pouvoir esthétique oublié. Les oeuvres de l'exposition « Fables du doute » proposent au spectateur d'établir un double rapport avec leur contenu : d'un côté, elles nous invitent à prendre conscience de la distance historique qui nous sépare de certaines croyances et attitudes culturelles ; de l'autre, elles montrent la persévérance de leur force d'attraction, témoignant d'un désir contemporain pour l'irrationnel. Parmi les inspirations d'Athanasios Argianas, on retrouve le design des premiers instruments électroniques et les machines imaginées par l'écrivain Raymond Roussel, la sculpture abstraite des années vingt et l'art populaire. Ses peintures, sculptures et compositions musicales évoquent un univers parallèle dans lequel se révèlent des liens insoupçonnés. Ulla von Brandenburg s'intéresse à la relation qui existe entre l'art et la magie dans son double sens de prestidigitation et d'accès supposé au monde surnaturel. Instruments d'illusion, la magie et l'art maintiennent tous deux un halo de mystère par rapport à leur essence et à leurs propres mécanismes, jouant ainsi avec les attentes et les désirs du spectateur. Ses aquarelles et dessins muraux, ses performances et ses films en 16 mm font souvent référence au 19ème siècle, où cette affinité était plus forte et visible, mais aussi à l'art qui a su l'exprimer plus que tous les autres : le théâtre. Kit Craig choisit des images liées aux croyances ésotériques et en analyse la structure en les traduisant par de petites sculptures abstraites d'argile, de bois, de carton. Par la suite, il extrait de celles-ci des dessins, réalisant ainsi un autre travail d'analyse et de démystification. Dans ce double passage, la charge de mystère des images originales est balayée. Mais comme par vengeance, les dessins s'emplissent d'une dimension inattendue : des objets étranges apparaissent tels des assemblages surréels, des machines dont le fonctionnement semble incompréhensible, des curiosités scientifiques... Le point de départ du travail de Christian Frosi, sculpteur et vidéaste, ne s'apparente pas aux objets ou aux images, mais provient des croyances qui leur ont donné vie et du rapport que nous entretenons avec celles-ci. Tout en suivant ce principe, il confronte des arguments scientifiques et tente de mettre en avant leur contenu psychologique et émotif. La sculpture Reconstruction approximative d'une expérience de lévitation électrostatique (2005) recrée toutes les conditions nécessaires à une expérience de lévitation, mais sans la réaliser réellement. Ce qui compte pour l'artiste n'est pas le résultat concret, mais davantage les attentes du spectateur, soient-elles déçues. João Maria Gusmão et Pedro Paiva sont fascinés par les origines : celles de la science contemporaine, mais aussi celles des médiums et des techniques d'expression. Leurs courts films muets en 16 mm, leurs photographies et leurs installations rejouent l'état psychologique de stupeur et d'admiration qu'un homme du début du 20ème siècle aurait pu ressentir face aux innovations technologiques et scientifiques – découvertes qui rendaient plausible le fait de les associer à des phénomènes présumés surnaturels, comme la télékinésie ou le don d'invisibilité. Nick Laessing revisite l'histoire de la science en se concentrant sur ses aspects qui apparaissent aujourd'hui comme marginaux voire fantaisistes. Il associe sa propre figure d'artiste à celle du scientifique amateur – un certain type de chercheur que la spécialisation croissante de la profession a fait disparaître, mais qui a été déterminant pour le progrès de la science moderne. Avec ses mécanismes et ses installations, il semble vouloir redécouvrir de façon empirique, à travers l'expérience directe, des lois physiques élémentaires ; par le biais de la vidéo, il documente des figures scientifiques qui ont réellement existé, mais de façon si excentrique qu'elles paraissent aujourd'hui imaginaires. La démarche de Goshka Macuga tend à dissoudre les barrières entre artiste, collectionneur et commissaire d'exposition. Elle crée des installations sophistiquées dans lesquelles la pratique de l'archivage et celle de la scénographie d'exposition s'éloignent de leurs critères scientifiques contemporains pour évoquer une logique de « cabinet de curiosités ». Son installation Magic (2006) présente deux cent quarante images de l'époque victorienne tirées du livre MAGIC : Stage Illusions, Special Effects and Trick Photography (1898), un ouvrage célèbre en son temps puisqu'il révélait la plupart des astuces servant à la réalisation d'illusions et de phénomènes surnaturels, devant un objectif ou en public. Les artistes de « Fables du doute » Athanasios Argianas Né en 1976 à Athènes, vit et travaille à Londres. www.thebreedersystem.com www.maxwigram.com Ulla von Brandenburg Née en 1974 à Karlsruhe, vit et travaille à Paris. www.galerieartconcept.com Kit Craig Né en 1980 à Oxford, vit et travaille à Londres. www.kitcraig.blogspot.com www.arcadefinearts.com Christian Frosi Né en 1973 à Milan, vit et travaille à Milan. www.christianfrosi.net www.galleriazero.it João Maria Gusmão + Pedro Paiva Nés en 1979 et 1977 à Lisbonne, vivent et travaillent à Lisbonne. www.galeriagracabrandao.com / www.fortesvilaca.com.br Nick Laessing Né en 1973 à Londres, vit et travaille à Berlin. www.arquebusegalerie.com www.cell.org.uk Goshka Macuga Née en 1967 à Varsovie, vit et travaille à Londres. www.katemacgarry.com Le curateur de « Fables du doute » Depuis 2006 La Galerie accueille un curateur étranger en résidence de trois mois, choisi sur projet d'exposition dans le cadre d'un appel à candidatures. Cette résidence vise à accompagner la production d'une exposition dans le contexte d'un centre d'art français et permet à un curateur d'exposition étranger de rencontrer la scène contemporaine française (artistes, professionnels de l'art contemporain, autres structures…). Cette année c'est Simone Menegoi, né en 1970 à Isola della Scala (Vérone) en Italie, qui a été choisi pour résider à Noisy-le-Sec du 2 avril au 30 juin 2008 afin de réaliser son projet « Fables du doute ». La résidence de curateur étranger à La Galerie reçoit depuis 2007 le soutien complémentaire de la Drac d'Ile-de-France.
Horaires : 
Mardi - vendredi : 14 h - 18 h Samedi : 14 h - 19 h
Heures de vernissage : 
Le soir du vernissage, navette gratuite au départ de Paris (Place de la République / métro République, sortie Rue du Temple) à 18 h 30 ; retour prévu sur Paris à 21 h 30. Sans réservation, en fonction des places disponibles
Partenaires : 
La Galerie, Centre d’art contemporain, est financée par la Ville de Noisy-le-Sec, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, la Direction régionale des Affaires culturelles d’Île-de-France - Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil régional d’Île-de-France. La Galerie est membre de : tram, réseau art contemporain Paris/Île-de-France (www.tram-idf.fr) d.c.a, association française de développement des centres d’art (www.dca-art.com)
Dernière mise à jour le 23 sept. 2011

La Galerie, centre d'art contemporain de Noisy-le-Sec

1 rue Jean Jaurès
93130 Noisy-le-Sec
France
Téléphone : 01 49 42 67 17
Directeur : Marc Bembekoff
Coordinatrice artistique des expositions et des résidences : Nathanaëlle Puaud
Accès mobilité réduite