Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap. Consulter les archives de l'activité depuis 2007
    • Nouveautés, catalogue
    • Entreprises, médias et particuliers qui accompagnent le Cnap
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791. Base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Cartographie des commandes publiques. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2015
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain et actions de recherche scientifique. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des ACR - Ateliers de création radiophonique, commandées par le Cnap et France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition imprimée et numérique
    • Soutien à la première exposition et à la publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

École nationale supérieure des Arts décoratifs ÉNSAD

Share Share Share Share Share

Entrevue(s). Des rendez-vous pour penser les enjeux du design graphique

Design graphique - Conférence
07 novembre • 19 décembre 2017

Entrevue(s)  est  un  cycle  de  rencontres  qui  invite  à  réfléchir aux  enjeux  de  la  création  contemporaine  en  design graphique.  Initié  en  2013,  il se  veut  un  espace  de  réflexion et d’échanges  autour  des  relations  entre  la  création  en graphisme  et  son  impact  sur  la  société.  Aujourd’hui,  les projets  de  design  graphique  qui  revendiquent  une  dimension sociale  ne  cessent  de  se  multiplier.  Ils  réactivent  autant  de postures  portées  auparavant  par  ces  acteurs  du  monde  du design  qui  ont  milité  pour  un  design  écologique  ou  pour  des images  d’utilité  publique  et  qui  prônent  à  l’heure  actuelle  un design  plus  démocratique  au  service  des  enjeux  de  société. La  montée  en  importance  de  ces  attitudes  éclaire  d’un  jour nouveau  la  longue  histoire  d’une  création  engagée,  voire activiste,  sensible  à  la  production  d’espaces  «  communs  », soucieuse  de  «  faire  avec  »  et  de  produire  des  «  projets ouverts  ».  Quelles  sont  les  manières  de  «  faire  projet  »  de ces  designers  ?  Quelles  questions  les  designers  se  posent‐ils lorsqu’ils  collaborent  avec  différents  acteurs  de  la  société civile  ?  Quels  sont  les  nouveaux  outils  dont  il  dispose  pour activer  des  nouvelles  formes  de  participation  ?  Comment  et quand  le  design  graphique  est  vécu  comme  agent  de transformation  sociale  et  de  changement  ?  Quelles  nouvelles formes  de  sociabilités  peut‐il  créer  ?  Nous  souhaitons interroger  les  manières  dont  les  créations  graphiques  peuvent avoir  un  impact  sur  le  monde  qui  nous  entoure.  La perspective  adoptée  invite  à  appréhender  la  capacité  du design  graphique  à  non  seulement  représenter  le  monde, mais  à  avoir  une  action  sur  lui  et  à  proposer  des  scenarii ou des  outils  de  transformation  sociale,  culturelle,  économique  ou encore  politique. 

Le  graphisme  en  actes.  Le  projet  de design  comme  agent  de  transformation sociale.

Mardi 7 Novembre 2017 «Formes Vives du côté des pas de côté » avec Geoffroy Pithon et Nicolas Filloque de l’atelier Formes Vives

À  partir  d’une  réflexion  autour  de  la  notion  de  « collectif »  qui  leur  est  très  chère,  les  membres  de  l’atelier Formes  Vives  présenteront  la récente  aventure  Feu‐Foin (une  école  d'art  en  2017?),  menée  en  compagnie  de Marion  Pinaffo  et  d'étudiants  de  l'Ensa  de  Limoges  sur le Plateau  de  Millevaches  ainsi  que  différentes expériences de  chantiers  «  ouverts  »  menés  avec  ou  au sein d'autres collectifs  (Collectif  Etc, Saprophytes,  la Fraternelle…). Diplômés  de  l’École  nationale  supérieure des  Arts Décoratifs  de  Paris,  Geoffroy  Pithon,  Nicolas Filloque et Adrien  Zammit,  créent  l’Atelier  Formes Vives en  2009.  Leur  travail  mêle  un  intérêt  pour  les sujets politiques  et  sociaux  à  une pratique  graphique non-conformiste  qui  s’approprie  des  supports  multiples allant du  journal  à  l’affiche,  du  livre  à  l’installation  et mêlant travail  à la  main  ou  assisté  par  ordinateur,  collages  et création  numérique.  Leurs  projets  sont animés  par  un esprit  collaboratif  qui  les  amène  à  nouer des  partenariats aussi  bien  avec  des  collectivités  publiques,  associations, collectifs  militants,  qu’avec  des  musiciens,  habitants, voisins.  En donnant  forme  à  des  outils  graphiques participatifs,  ils  renouvellent  d’anciennes  postures  d’un graphique  d’utilité  publique,  (journal  mural  à Fontenay-°©‐sous-°©‐Bois,  atelier  de  réflexion  et  de  création  sur  le rôle  d’une  mairie  à  Rennes,  etc.)  et  suggèrent  de nouvelles  manières  de  « faire  société  ».  Plus d’informations  :  http://www.formes-°©‐vives.org  

Mardi 21 novembre 2017 « No Post Prod » avec Benoît Verjat et Nicolas Couturier du collectif G.U.I.   

Cette  rencontre  sera l’occasion  d’échanger  sur  les  manières  dont,  par  des artefacts  graphiques  «  ubiquitaires  »,  il  est  possible  de construire des  espaces  d’échange  et  de  débat  en  temps réel.  Les  membres  du  collectif  G.U.I en  donneront des exemples  à  travers  l'exploration  de  4 projets  qui  ont été l'objet  d'expérimentations  sur  les  procédés,  les situations et  les  outils  de  production  de  représentation visuelle  et de documents  en  direct  dans  différents domaines  :  le  design de  politique  publique,  les  sciences politiques  ou  la pédagogie.  Ces  projets  conduisent les designers  à s’interroger  autant  sur  l’effet  d’une  telle amplification  de  la réalité  par  l’image,  qu’à  la  vitesse  de la  parole  sur  une discussion en cours.  Comment  doser cette  amplification pour  ne  pas  aller  jusqu’au  bruit ?  Ces traces  sont-°©‐elles lisibles  par  des  personnes  extérieures ? Quel  type  de langage  peuvent‐elles  développer ? Quels  nouveaux  types de  connaissances  et  d’énoncés peuvent  permettre  de  tels systèmes  de mise  en  forme en temps  réel ?  3  Le  collectif  g‐u‐i  comprend aujourd’hui  6  membres.  Ils  conçoivent  et  développent depuis  2009  des  projets mettant  en  oeuvre  le  design graphique,  interactif,  éditorial  et  in  situ,  mais  aussi  des projets  de  recherche  et  d’initiative  (sur  les  usages performatifs  de  documents,  le  livre  et  son  milieu, l’interprétation  des  images,  la  représentation  des territoires…).  Une  de  ces  recherches concerne  la  création d’éditions  et  la  représentation  visuelle  en  temps  réel  à l’aide  des  nouvelles  possibilités  offertes  par  le  numérique et l’utilisation  de  systèmes  de  fabrication  rapide,  une façon  d’appréhender  le  prototypage  rapide  dans l’édition. Benoît Verjat,  designer  diplômé  de l’École  supérieure  des  Arts décoratifs  de  Strasbourg  et  du  master  SPEAP  (Sciences Po,  Paris),  est  aujourd’hui  enseignant  à  l’École  nationale supérieure  d’art  de  Nancy  et  mène  une  activité  de recherche  en  design  s’associant  à  différents  laboratoires (le  programme  DiiP  d’EnsadLab  et le  médialab, laboratoire  créé  par  Bruno  Latour  au  sein  de  Sciences Po,  Paris).  Il  conçoit  et  réalise  des  instruments  de création  et  de représentation  en  design,  en  art,  en scénographie,  en  spectacle  vivant,  mais  aussi  avec  une dimension  plus  épistémologique  pour  l’enquête  en sciences  humaines  et  sociales,  en  sciences  politiques  ou en  anthropologie.  Conjointement  au  développement  et  au partage  de  ses  recherches, Benoît  Verjat  est  membre depuis  2011  du  collectif  de  design  éditorial,  d’espace  et d’interaction  G.U.I  qui  conjugue  commande  et projet  de recherche  et  d’initiative.  Nicolas  Couturier  est designer et enseignant.  Il  forme G.U.I  en  2006  avec Bachir  Soussi-Chiadmi.  Au  sein  de  ce collectif,  il  conçoit et  réalise  des éditions  en  ligne  et  imprimées,  des images et  des dispositifs  de  consultation  et  de  documentation.  Il s’intéresse particulièrement  à  la  création  d’outils,  mêlant le tangible  et  le  numérique.  Il  participe  à  la  création  de l’InSituLAB  à  Strasbourg  en  développant depuis  2008  des projets  de  recherche  en  design  public  au  sein  du  pôle supérieur  de  design  de  l’école  Le  Corbusier  (insitulab.eu). Il  collabore avec  Mathias  Poisson  et  l’Agence  Touriste depuis  2010  à  travers  des  projets  insitu  (Marseille,  Rezé, Lamelouze)  de  balisage  du  territoire,  de fabrication d’encres  locales,  de  constitution  de  récits  collectifs.  Il participe,  par  ailleurs,  à  des  activités  diverses  autour  des fonctionnements collectifs,  principalement  dans  le spectacle  vivant  (Bocal  avec  Boris  Charmatz,  2003‐2004),  groupe  W  et  Everybodies.  

Mardi 5 décembre 2017 - En anglais -  « D'ici, la Terre est belle, sans frontières ni confins [...] Quelle surprise. C'est  génial ... » Jurij Gagarin, 12 avril 1961 avec l’atelier Lupo&Burtscher

Angelika  Burtscher  et  Daniele  Lupo  présentent  une sélection  des  projets  du  studio  de  Lupo  &  Burtscher, réalisés  dans  le  cadre  de l'association  culturelle Lungomare  (Bolzano,  Italie).  Il  s'agit  de  projets  visant  à activer  un  discours  critique  par  la  production  d'artefacts graphiques  et  à  proposer  une  réflexion  sur  des  sujets d'intérêt  social,  culturel  et  politique.  «  Utopia  Europa  », ou  «  Cosmos  »  sont  autant  de projets,  qui  soit  par  la production  d'affiches,  soit  par  la  production  d'objets posent  la  question  du  rôle  du  designer  dans  un  projet développé en dialogue  avec  une  communauté  ou  des associations.  Comment,  par  ces  artefacts  graphiques, peut-on  créer  des  relations  ?  Comment  activer des espaces  de  réflexion  dans  des  lieux  publics  ?  Quel  sens donner  à  l'usage  d'une  langue  dans  l'espace  public  ? Le travail  d'Angelika Burtscher,  autrichienne  et  Daniele  Lupo, italien,  se  déploie  dans  de  multiples  directions,  du  design graphique  à  la  conception  d'expositions  et interventions dans  l'espace  public,  du  design  d'intérieur  à  la conception de  produits.  Ils  fondent  en  2004  à  Bolzano  le  studio  de design  Lupo  & Burtscher.  En  studio,  ils  travaillent principalement  dans  le  secteur  culturel,  en  développant des  projets  d'édition,  de  communication  visuelle, ainsi que de  design  d'intérieur  ou  la  conception  de  produits.  En 2003,  ils  ont  fondé  Lungomare,  une  plate-°©‐forme expérimentale  conçue  pour repenser  et  promouvoir  les aspects interdisciplinaires  du  design,  de  l'architecture,  de l'urbanisme,  de  l'art.

Mardi 19 décembre 2017 « Quand Savoir, c’est Faire : des médiations à l’aide du design graphique » avec Lucile Bataille, graphiste, atelier Structure Bâtons et Catherine Di Sciullo, directrice du développement culturel, Centre national du graphisme, Le Signe)

À  partir  du  récit  des  expériences  de  médiations  menées par  Catherine  Di  Sciullo  et  son  équipe,  en  collaboration avec  Lucile  Bataille  lors  de sa  résidence  au  Signe, Centre  national  du  graphisme,  il  sera  question  de restituer  les  différentes  rencontres  tissées  avec  les habitants  de Chaumont.  Cette  mise  en  perspective  de différents  points  de  croisement  et  collaborations  étant l’occasion  d’une  réflexion  autour  de  la transmission  des savoirs  et  des  actions  de  médiation  au  sein  d’un territoire.  Expérimenter  la  création  de  formes  avec  des habitants  à  l’aide  du design  est  aussi  une  manière  de rentrer  en  dialogue  avec  un  territoire.  Quel  est  le  rôle  du design  graphique  dans  ce  contexte  ?  Comment penser  sa médiation  ?  Lucile  Bataille  est  designer graphique, diplômée  et  chercheuse/praticienne  associée  à l’unité  de recherche  «  il  n’y  a  pas de  savoir  sans transmission  » de  l’Ésad  de  Valence‐Grenoble.  En association  avec Sébastian  Biniek,  elle  fonde  en  2014  « Structure  Bâtons». À partir  d’une  recherche  réalisée autour  de  la  pédagogie de  Célestin  Freinet,  elle  s’est  intéressée  aux  différentes modalités  de  dialogue qu’entretiennent  le  design  et  la pédagogie.  Elle  s’intéresse  notamment  aux  dispositifs didactiques  qui  interviennent  dans  les  mécanismes d’apprentissage  du  langage.  Catherine  Di  Sciullo  est directrice  du  développement  culturel  au  Signe,  Centre national  du  graphisme,  à Chaumont.  Elle  développe  des expérimentations  auprès  des  différents  publics  mêlant sensibilisation  au  design  graphique,  collections  de ressources,  outils  numériques,  techniques  d’impression, ateliers.  L’élaboration  des  médiations  se  font  toujours  en lien  avec  la  programmation  et les  savoir‐faire  de designers  professionnels.  

 

 

Dernière mise à jour le 13 nov. 2017

École nationale supérieure des arts décoratifs

31, rue d'Ulm
75240 Paris 05
France
Téléphone : 01 42 34 97 00
Télécopie : 01 42 34 97 85
Site internet : http://www.ensad.fr
Directeur : Marc Partouche
Directeur des études : Emmanuel Fessy