Skip to Content
Centre national des arts plastiques

CAPC musée d'art contemporain

Share Share Share Share Share

DICTA

Damir OČKO

Arts plastiques - Exposition
february 13 • may 06 2018

Dans le cadre de la programmation Satellite 2018

 

Né en 1977 à Zagreb (Croatie), où il vit et travaille, Damir Očko invite à parcourir les méandres du langage et la manière dont le système neurophysiologique le génère avec poésie. Ses œuvres s’inscrivent dans un corpus d’idées où les éléments se répondent les uns aux autres, entre désir et carence, réel et fiction.

Damir Očko a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles, notamment au Dazibao à Montréal (2016), au Pavillon croate de la 56e Biennale de Venise (2015), au Künstlerhaus Halle für Kunst & Medien de Graz et au Temple Bar Gallery & Studios à Dublin (2014), au Palais de Tokyo à Paris (2012), à la Kunsthalle de Düsseldorf (2011), au Kunstverein de Leipzig (2010), au Museum of Contemporary Art de Zagreb (2005) ; ainsi que collectives : à l’Austrian Cultural Forum de New York (2016), au Württembergischer Kunstverein à Stuttgart (2015), à la Kunsthalle de Vienne, à la Collection Lambert en Avignon ainsi qu’au Plateau à Paris (2014), ou encore au MUDAM, Luxembourg (2013).

Le novlangue d’Orwell, qui prône une non-distanciation avec les faits, regroupe trois classes de vocabulaire. Le groupe B, celui de la rhétorique, de la parole politique, est le terreau du projet proposé par Damir Očko.

L’exposition du CAPC s’articule autour du film Dicta (pluriel de « dictum », latin pour dicton, le terme qualifie une vérité non remise en question). Faisant suite à Dicta I , réalisé autour des écrits autobiographiques de Bertolt Brecht Telling the Truth: 5 Difficulties (1934), rédigés lorsque ce dernier s’est vu dénaturalisé par le régime allemand, Dicta se construit autour d’une série de mots d’alerte. D’influence conceptuelle et dadaïste, le film prend la forme d’un collage et regroupe un ensemble de déclarations inaudibles et contradictoires, aussi obscures que son image. Le film évoque le théâtre épique et la distanciation brechtienne qui politise la conscience chez le spectateur. Damir Očko fournit des explications sous la forme d’apartés ou énoncés faisant du spectateur un « regardeur éveillé », malgré une accessibilité visuelle et sonore perturbée : l’artiste a filmé les protagonistes derrière un groupe, de sorte que les figures des interprètes s’entremêlent et disparaissent. Le film aborde les notions d’entrave, d’effacement, de perte de fonction du langage, mais aussi de mimétisme politique, et d’entertainment. Chez Aristote le langage est instrument, il stabilise le rapport au réel par la connaissance. Il place l’homme dans une communauté, faisant de lui un animal politique. Une tentative d’émancipation est ici mise en mots et en images, offrant une définition de la langue aujourd’hui comme acte de résistance. DICTA dévoile une mainmise ordinaire de la passivité, ouvrant la porte vers une possible démocratie psychique.

 

Commissaire : Agnès Violeau

Dernière mise à jour le 16 Jan 2018

CAPC musée d'art contemporain

7 rue Ferrère
33000 Bordeaux
France
Téléphone : 05 56 00 81 50
Télécopie : 05 56 44 12 07
Directrice : María Inés Rodríguez
Service Expositions, chargé des événements : Romaric Favre