Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Le Bleu du Ciel

Share Share Share Share Share

Éric Rondepierre

« Confidential report »

Photographie - Exposition
february 16 • april 22 2017

Il y a deux façon de considérer « Confidential report » – l’exposition d’Eric Rondepierre à la galerie Le Bleu du ciel. On peut la voir :


1/Comme la dernière étape d’un parcours de l’artiste lié à l’archive depuis 25 ans1 et qui nous offre de nouvelles pièces en orientant son travail vers l’autobiographie2 : archives de films, documents, et archives judiciaires en constituent la trame. Les familiers de cette œuvre retrouveront quelques Excédents, Seuils, ou DSL, ils apprécieront sans doute le subtil alliage de textes, d’images, de fiction et de réalité, de détournements et de citations. Les autres risquent d’être étonnés, voire déstabilisés par la présentation de simples papiers collés directement sur les murs, reprenant le matériau originaire – celui du dossier auquel l’artiste a eu accès 50 ans après les faits3. Cet « album de jeunesse » atypique, mis à plat, aéré, dont les soubassements nous échappent peut dérouter4 ; il peut aussi nous charmer par sa concision et son hétérogénéité. Ajoutons que le catalogue de « Confidential report », plutôt volumineux pour une exposition en galerie, comporte en introduction une cinquantaine de pages de l’auteur écrites pour l’occasion. « Sansho 7909 » (c’est son titre) rentre dans le détail du dossier, de ses personnages, de ses enjeux. Ces commentaires sont croisés avec la description d’un film de Mizoguchi (on ne se refait pas !) : « le souvenir du film vu se mélange au film de la vie »5. Pour ceux qui ne sauraient rien de l’œuvre de Rondepierre, de Mizoguchi, des procédures de placement, des dossiers judiciaires, ou qui auraient envie d’en savoir plus, le livre est un contrepoint rempli d’informations ; et le rapport que l’artiste entretient avec l’archive et le cinéma s’éclaire aussi de ce côté. 


2/ Dans un deuxième temps, on pourra porter son regard au-delà du « cas Rondepierre » (situé dans les années soixante), et viser un dispositif qui nous concerne, qui se déroule à notre porte. Les deux volets (texte et images) de cette exposition nous fournissent des éléments pour mettre en lumière le fonctionnement d’une institution qui demanderait à être interrogée. On ne peut, hélas, pas grand chose contre la misère, l’enfance malheureuse, ces fléaux de toutes les sociétés. Mais les « placements » sont des actes juridiques officiels, répertoriés, logiquement plus accessibles et, rappelons-le, gérés avec l’argent des contribuables. Il faut savoir que 150 000 enfants sont placés chaque année dans la plus complète indifférence, par un système dont les dysfonctionnements sont patents6. L’exposition d’Eric Rondepierre n’est en rien militante, elle offre simplement l’occasion de se poser certaines questions sur la responsabilité de l’état français, aujourd’hui, dans le secteur de ce qu’on appelle pudiquement « la protection de l’enfance ». J’ajoute : qu’elle le fasse d’un lieu tout à fait extérieur à son objet – le scène de la photographie contemporaine – n’est pas fait pour nous déplaire. 
Gilles Verneret


1-Une rétrospective de son œuvre a eu lieu en 2015 à la Maison Européenne de la Photographie. 


2-Un processus déjà entamé dans l’écriture. Notamment avec Placement (Seuil, Paris, 2008) dont cette exposition constitue, d’une certaine façon, le prolongement direct. 


3-Eric Rondepierre fut l’objet d’une procédure de placement qui dura dix ans, sous l’égide de la loi de 1958 sur « l’enfance en danger ».


4-Que l’art contemporain déroute n’a, en soi, rien de surprenant. A ma connaissance, il n’existe pas d’exposition où un artiste aurait abordé ce sujet de son vivant, et pour cause. Les locaux d’une galerie ne sont pas extensibles. On peut supposer que le choix de l’artiste s’est porté sur des points sensibles, une construction subjective et parfois énigmatique, et qu’il ne faut pas y chercher une volonté de « traiter » le sujet. 


5-Etienne Hatt, « Eric Rondepierre, au film de la vie », in artpress n°418, janvier 2015.


6-Nous renvoyons pour information à deux livres parus récemment : une enquête (Enfants en souffrance…la honte. Le livre noir de la protection de l’enfance, Bernard Laine et Alexandra Riguet, Fayard, 2014) et un témoignage direct (L’enfer des foyers, Lyes Louffok, Flammarion, 2014). 

Complément d'informations : 
Conférence le mardi 7 février à la bibliothèque de la Part-Dieu à 18h30 Vernissage le jeudi 16 février à partir de 18h30 Exposition du 17 février au 22 avril 2017
Horaires : 
Du mercredi au samedi de 14h30 à 19h00
Heures de vernissage : 
à partir de 18h30
Moyens d'accès : 
Accès : Métro ligne C, arrêt Croix-Paquet Parking hôtel de ville et Terreaux
Dernière mise à jour le 26 Jan 2017

Le Bleu du Ciel

12 rue des fantasques
69001 Lyon
France
Téléphone : 04 72 07 84 31
Directeur : Gilles Verneret
Flore Tricotelle