Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Fabienne BALLANDRAS

Share Share Share Share Share

Biographie

Fabienne Ballandras - Née en 1968, vit et travaille à Lyon

« Les œuvres de Fabienne Ballandras proposent généralement au spectateur un double accès, une problématique spatiale et donc plastique, une autre événementielle, répercutant ou annonçant une actualité plus brûlante. Ses premières séries relevaient du genre du paysage tout en pointant des problèmes écologiques bien avant qu’ils ne gagnent tous les discours politiques. Plus récemment, Transfert d’activités interrogeait l’espace du travail en reconstituant le théâtre d’événements socio-économiques médiatisés : délits d’initiés, fermetures, délocalisations d’entreprises, etc. Les séries Du fric ou boum et Sentimentale Intellektuelle franchissent une nouvelle étape en proposant deux espaces possibles de la colère sociale et donc « publique » : l’espace extérieur où s’affiche la contestation sociale et l’espace intérieur et resserré de la prison. […] L’artiste entrelace les temporalités - passé et présent - non pour faire l’apologie d’une période historique troublée, mais pour « ralentir » les images, en contrecarrer l’immédiateté qui les caractérise habituellement, en épaissir la stratification sémantique. […]
Jusqu'à présent, ses sources visuelles étaient essentiellement des images médiatiques qu’elle reconstituait en passant par la construction d'une maquette. On pouvait supposer que la matérialité de cette lente élaboration permettait de faire remonter à la surface de l'image cette « fécondité du document », à laquelle s'adressait, selon Walter Benjamin, la photographie moderne. Mais point de purisme documentaire ici : bien que très renseignée sur son sujet, Fabienne Ballandras n'est pas en quête du document authentique ou de l'image originelle. Afin de densifier plus encore l'image, elle n'hésite pas à complexifier le protocole de construction, à brouiller les origines en traduisant une expression par une autre – l'image photographique par la peinture ou le dessin, la parole ou le texte par la photographie et la sculpture. […]
Si cette hétérogénéité nourrit les œuvres, elle permet aussi à l’artiste de mettre son sujet à distance sans pour autant se déprendre de toute humanité : les images restent génériques mais la matérialité et l’esthétique bricolée, volontairement visibles, suggèrent toute la fragilité, voire la dérision, car l’humour n’est pas absent de cette intervention manuelle. » […]

Extrait du texte d'Anne Giffon-Selle, in Sentimentale Intellektuelle, édition de l'Institut français de Stuttgart, en partenariat avec art3, Valence, 2010
_____

Fabienne Ballandras - Born in 1968, lives and works in Lyon

“Fabienne Ballandras’s works usually offer viewers a double access, one problematic, spatial and thus plastic, the other factual, reflecting or announcing a more burning topicality.  Her first series resulted from the landscape genre, while at the same time pinpointing ecological issues, well before they overtook every political discourse.  More recently, Transfert d’activités questioned the space of the work by reconstructing the theatre of mediatized socio-economic events:  offences committed by insiders, closures, relocations of companies, etc.  The two series Du fric ou boum and Sentimentale Intellektuelle negotiate a new stage by proposing two possible spaces of social and thus “public” anger:  the outer space where social protest is displayed, and the inner, cramped space of prison.  […]  The artist interweaves time-frames—past and present—not to make an apology for a troubled historical period, but to “slow down” the images, thwarting the immediacy which usually hallmarks them, and thickening the semantic stratification.  […].
Up until now, her visual sources were essentially media images which she reconstructed by proceeding by way of the construction of a maquette.  One could suppose that the material nature of this slow elaboration made it possible to bring back to the image’s surface that “fertility of the document”, which, according to Walter Benjamin, modern photography addressed.  But here we find a point of documentary purism:  although highly informed about her subject, Fabienne Ballandras is not looking for the authentic document or the original image.  In order to make the image denser still, she does not shrink from making the construction procedure more complex, and blurring the origins by translating one expression by another—the photographic image by painting and drawing, the word and the text by photography and sculpture.  […]
If this heterogeneity informs her works, it also enables the artist to put her subject at a distance but without being freed of all humanity:  the images remain generic, but the materiality and the aesthetics, which are cobbled together and deliberately visible, suggest all their fragility, not to say absurdity, because wit is not absent from this manual intervention.” […]

Excerpt from the essay by Anne Giffon-Selle, in Sentimentale Intellektuelle, published by the French Institute in Stuttgart, in partnership with art3, Valence, 2010. Translated by Simon Pleasance, 2015.

Source : 
Documents d'artistes Rhône-Alpes - Partenariat Centre national des arts plastiques / Réseau documents d'artistes.
Dernière mise à jour le 21 Jan 2016

Événements

TRAC* – Bus tour

Galerie du Granit - Belfort
november 05 2016

Voir l'exposition

Invitation éditoriale

Réseau documents d'artistes - Brest
january 01 2016

Voir également

Réseau documents d'artistes

41 rue Charles Berthelot
Brest
France

Documents d'artistes Auvergne-Rhône-Alpes

30 rue Thévenet
69004 Lyon
France
Site internet : www.dda-ra.org
Courriel : info@dda-ra.org