Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Fondation des Artistes

Share Share Share Share Share

D'un moment à l'autre 20 ans de création à l'Ecole nationale supérieure de la photographie

Photographie - Exposition
09 mars • 23 avril 2006

Cette exposition réunit les travaux de vingt-sept photographes, cinéastes, vidéastes. Tous les participants à cette exposition ont été, à un moment ou à un autre, au cours des vingt dernières années, élèves de l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles. Il s’agit ici de montrer, à l’occasion du vingtième anniversaire de la première promotion de cette l’école, un échantillon significatif de ce qu’a produit la formation dispensée par l’école et de la diversité des approches de la photographie aujourd’hui. Ce n’est ni un bilan, ni un relevé exhaustif, mais plutôt un aperçu.

Complément d'informations : 
informations complémentaires D’UN MOMENT A L’AUTRE 20 ans de création à l’Ecole nationale supérieure de la photographie Une exposition telle que celle-ci s’apparente assez à un organisme vivant - une sorte de cellule géante à la vie lente, dont les contours se déformeraient à mesure qu’elle se déplace ou qu’elle subit l’impact du monde extérieur. Impossible, pratiquement, de l’observer au repos. Lors de sa création à l’Abbaye de Montmajour en juillet 2005, elle était étirée dans cet espace monumental, et quelque peu écrasée par lui. Elle s’était en fait scindée en plusieurs tronçons, que l’on reconnaissait pourtant comme appartenant au même corps (d’où la question qui n’a pas manqué de se poser : y a-t-il quelque chose comme un style ou un fond commun, une marque secrète de l’Ecole de la photographie d’Arles ?). La voici maintenant à Nogent-sur-Marne, avant sans doute d’autres destinations. Ici, elle est partagée encore plus radicalement que la première fois, puisqu’elle est montrée en deux lieux différents, éloignés l’un de l’autre de plusieurs centaines de mètres, aux deux extrémités du centre ville, mais séparés par bien plus que la distance géographique. D’un côté, un espace d’exposition, une mezzanine dans le hall d’un théâtre, la Scène nationale Watteau ; de l’autre, un nouvel espace d’exposition, inauguré à cette occasion, la Maison d’art Bernard Anthonioz, au sein d’un ensemble, la Maison nationale des artistes, où voisinent une maison de retraite pour artistes et des ateliers. Tout cela a son importance. Car d’une certaine manière on voit bien qu’il est de mandé à cette exposition, avant toute chose, de faire lien, et cela en plusieurs sens. Lien géographique, tout d’abord, entre deux sites dans la ville, deux institutions rapprochées pour la circonstance, dans un geste qui accrédite modestement l’idée d’une unité possible, quelque chose comme une communauté, une vraie ville, dans cette autre cellule amorphe qu’est la banlieue parisienne. Mais lien symbolique aussi, entre le monde chargé d’énergie de l’art et du divertissement, et celui, ralenti et parfois douloureux, de la maison de retraite. Cela pourrait sembler un poids un peu lourd à faire porter à une exposition de jeunes photographes, créée pour commémorer la vingtième promotion issue de l’Ecole nationale supérieure de la photographie. Mais il n’est pas mauvais que soient parfois mis en situation réelle des propos sur l’engagement et le lien social, et la responsabilité de la création artistique en général. Mais que les photographes se rassurent, il n’est pas question un seul instant d’instrumentaliser leurs travaux à quelque fin que ce soit. Ceux-ci seront vus pour eux-mêmes, pour ce qu’ils sont, et sans doute avec d’autant plus de plaisir qu’il s’agira ici de publics différents, loin des circuits surinformés et revenus de tout du milieu habituel. Néanmoins, cette question du lien, qu’il soit social, symbolique ou artistique, semble bien jouer dans ce projet un rôle essentiel. L’exposition elle-même trouve son origine dans la volonté de témoigner d’une appartenance à une même communauté, quelque distance que l’on ait pu, par la suite, prendre avec elle. Et sa présentation à Nogent résulte elle-même de liens multiples et parfois nouveaux, qui vont au-delà des habituels partenariats de coproduction : l’Ecole, les Rencontres d’Arles, le Jeu de paume, d’une part ; le Jeu de paume et la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques (FNAGP), de l’autre, partenaires par ailleurs pour un soutien à la jeune création dans l’Atelier du Jeu de paume, et associés ici à la Scène nationale Watteau. Régis Durand, directeur du Jeu de paume.
Horaires : 
Exposition ouverte tous les jours sauf le mardi et les jours fériés de 12h à 19h.
Partenaires : 
L'exposition est organisée par les Rencontres d'Arles, l'Ecole nationale supérieure de la photographie et le Jeu de paume, avec le soutien de la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques.
Dernière mise à jour le 23 juill. 2018

Maison d'Art Bernard Anthonioz

16 rue Charles VII
94130 Nogent-sur-Marne
France
Téléphone : 01 48 71 90 07
Site internet : http://maba.fnagp.fr
Directrice : Laurence Maynier
Directrice adjointe : Caroline COURNEDE