Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Biennale d'Issy

Share Share Share Share Share

Biennale d'Issy 2015

Noir, blanc, un duel éternel

Arts plastiques - Exposition
18 septembre • 15 novembre 2015

56 artistes investissent les salles du Musée Français de la Carte à Jouer et de la Médiathèque d’Issy-les-Moulineaux autour de la thématique “noir, blanc, un duel éternel”, inspiré d’un sijo coréen de Yi Chik (1362-1431) : « Les corbeaux en colère seront jaloux de la blanche couleur ».

Quel regard portent les artistes sur notre société ? Ni trop noir, ni tout blanc. En dessin, photographie, peinture, sculpture et vidéo, les artistes de la Biennale d’Issy nous livrent leur vision du monde autour de la dualité entre le jour et la nuit, le yin et le yang, le mal et le bien.

Complément d'informations : 
Dans le cadre des célébrations des 10 ans du jumelage des villes de Guro-Séoul et d’Issy-les-Moulineaux, la Biennale d’Issy met la Corée à l’honneur. Virtuose du geste, Lee Bae donne à l’énergie et à la vitalité toute sa dimension dans des toiles qu’il peint au charbon de bois. Son style remarquable est fondé sur une maîtrise de la calligraphie et du Qi, principe fondamental de vie, de souffle et d’énergie, reliant les êtres et les choses entre eux. Son œuvre s'inscrit dans un mouvement artistique coréen, le Dansaekhwa, qui milite pour un rapport harmonieux de l'homme avec la nature, tout en soulignant l'importance de l'engagement du corps dans l'acte créatif. Inspiré par la nature et sa capacité d’adaptation, Cho Taik-Ho peint une multitude de bateaux en origami pour composer ses paysages végétaux. Lee Min-Ho photographie la fumée d’une cheminée de déchets qui stagne en forme de pelote blanche dans le ciel. Objet sphérique au sens étymologique, cette pelote symbolise un labyrinthe sans fin, un anneau circulaire tournant sur lui-même éternellement. Son Seock représente de grandes jarres à l’aide de morceaux de céramique minutieusement assemblés à la manière d’un puzzle. A la mine de plomb, Yoo Hye-Sook crée une sensation de profondeur dans de grandes compositions noires dont elle laisse patiemment percer quelques éclats de lumière, comme des constellations dans l’infini céleste. En Corée, parmi les élégantes porcelaines de l’époque Joseon, les Dal Hangari constituaient une catégorie spécifique de porcelaines blanches en forme de pleine lune. Très prisées des rois coréens à la fin du XVIIe siècle, ces Jarres de Lune étaient estimées pour leur pureté et leur brillance dans laquelle se reflétait, disait-on, l’image de l’univers. Après avoir passé huit années à réaliser plus de 1000 jarres, Shin Chul dit aujourd’hui “commencer à réaliser une forme à la fois nette et rayonnante”. Outre leur esthétique parfaite, ses Jarres de Lune mêlent douceur, sobriété et force dynamique, tout en offrant une dimension apaisante, source de quiétude.
Horaires : 
Du mercredi au dimanche (sauf jours fériés) : mer-ven : 11h – 17h | sam-dim : 14h – 18 h
Heures de vernissage : 
Vernissage jeudi 17 septembre 2015 (18h30 – 21h)
Tarifs : 
3 €
Moyens d'accès : 
Métro : Mairie d’Issy (ligne 12)
Dernière mise à jour le 24 août 2015

Biennale d'Issy

16 rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
France
Site internet : www.biennaledissy.com
Présidente : Chantal MENNESSON