Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap. Consulter les archives de l'activité depuis 2007
    • Nouveautés, catalogue
    • Entreprises, médias et particuliers qui accompagnent le Cnap
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791. Base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Cartographie des commandes publiques. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2015
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain et actions de recherche scientifique. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des Ateliers radiophoniques, en partenariat avec France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition imprimée et numérique
    • Soutien à la première exposition et à la publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

Galerie Imane Farès

Share Share Share Share Share

Between Dig and Display

Arts plastiques - Exposition
18 mai • 18 septembre 2017

Surgi des sables, un musée qui failli être et ne fut jamais

Par Philippe Trétiack, 2017

 

Alia Farid est née d’un télescopage, celui d’une mère portoricaine et d’un père koweïti. Depuis, sa vie s’étire entre les continents, entre des univers aussi éloignés l’un de l’autre que peuvent l’être les déserts du Golfe et les ressacs de l’océan Atlantique. Bardée de diplômes (école d’art à Porto-Rico, études d’art visuel au MIT, muséologie à Barcelone…) on lui doit, en collaboration avec l’artiste Jesus « Bubu » Negron, une série de tapis dont les motifs, les mosquées de Port-Rico, contribuent à bousculer les repères. La colonisation espagnole et l’expansion européenne  s’offrent parées d’arabisme tout en se jouant des tapis de prière. Télescopage toujours.

Plus que l’édifice religieux c’est l’idée même du bâtiment qui est au cœur du travail de Alia Farid. Fidèle à ses parents tous deux bâtisseurs, elle aime l’architecture. Alia Farid a signé de nombreuses installations, des édicules disposés dans l’espace public et des vidéos comme celle d’une femme, derviche moderne, dansant sur une plateforme circulaire en béton édifiée à Tripoli (Liban) par Oscar Niemeyer. En 2004, chargée du pavillon du Koweït à la Biennale d’architecture de Venise, elle y expose ce qui va devenir pour elle un territoire et une obsession : des pans du Musée National du Koweït édifié au début des années 60 par le français Michel Ecochard et qui sera bombardé et pillé durant l’invasion du pays par les troupes irakienne en 1991. Censé être protégé et restauré par l’UNESCO, cet édifice a subi tant de transformations scélérates qu’il a perdu tout espoir de retrouver un jour sa forme originelle. L’érection de ce musée signifia pourtant pour le Koweït l’arrivée de la modernité. « Sans doute ce pays n’était-il pas encore prêt à l’accueillir » dit Alia Farid. L’est-il aujourd’hui ? Pour le savoir peut-être, Alia Farid s’est engagée dans un processus de (re)création. Se saisissant de ce patrimonial à l’abandon, elle le perturbe par son imaginaire et donne à voir ce qui ne fut jamais. Par la réalisation d’artefacts, d’objets dont des photographies d’archive conservées dans les sous-sols du musée assurent l’existence, elle surjoue un rêve interrompu. Les sculptures mésopotamiennes, les pantoufles, les pièces de monnaie, les récipients en verre, les cruches en terre voisinent avec l’exposition des méthodes utilisées par les archéologues danois qui défrichèrent le territoire dans les années 60. Une cigarette posée à côté d’un objet déterré en donne l’échelle exacte. A ces clones, Alia Farid mêle des inédits, des créations personnelles dictées par l’idée de ce qui aurait pu être. Le trouble en est redoublé, l’absurde de la réunion même d’objets qui jamais n’auraient du frayer ensemble s’affiche. Alia Farid ne produit pas une réplique un pastiche du musée mais bien sa fractale. Son accrochage, fruit d’une enquête sur le terrain comme dans les tiroirs, génère une onde de choc. Car dans la volonté de redonner vie à ce musée perce encore la volonté de brandir l’oriflamme d’une modernité rétive au conservatisme. L’exposition d’apparence légère, évanescente tel un souvenir, se révèle riche dans sa déchéance de ce parfum qui se devine encore dans les flacons brisés.  

 

 

 

 

 

Horaires : 
Du mardi au samedi, 11h à 19h
Heures de vernissage : 
17h30 - 20h
Dernière mise à jour le 02 juin 2017

Galerie Imane Fares

41 rue Mazarine
75006 Paris 06
France
Téléphone : 01 46 33 13 13
Site internet : Galerie Imane Farès