Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Slow galerie

Share Share Share Share Share

Animale NATURE

BD, illustration - Exposition
08 novembre • 01 décembre 2018

Jeanne Picq et Evelyne Mary exposent « animale NATURE » du 08 novembre au 01er décembre : autour d’une série de gravures, eaux fortes et linogravures, les deux artistes se lancent, avec beaucoup de liberté, d’humour et de poésie, à l’assaut de ce sujet qui puise dans les tréfonds de l’ambiguïté de notre nature animale, .

« Animale NATURE, c’est notre double animal, une figure qui commence par s’inviter, puis s’impose. Notre moi sauvage. Notre nature profonde ». Dans les dessins d’Evelyne Mary, reviennent souvent comme un long poème, une petite fille à l’épaisse chevelure brune, une panthère, un loup, un éléphant, une forêt luxuriante… Tous vivent ensemble comme au sein d’une vaste et idéale fratrie où les frontières animales n’existent plus. « Il n’y a pas beaucoup de différence entre la petite fille qui court dans la forêt avec son arc et la panthère qui bondit hors des feuillages, toutes les deux s’élancent, vers où, à l’assaut de quoi ? Les images d’Evelyne sont à double langage : « est-ce la force tranquille de l’éléphant qui permet à la petite fille installée sur son dos d’avancer ou bien lui sert-elle de guide dans la forêt ? La petite fille rassure-t-elle le loup ou bien est-ce le contraire ? ». Cette symbiose représente une dualité idéale, celle de l’homme en harmonie avec une Nature qui fusionne avec sa nature animale.

Changement de cap vers l’univers de Jeanne Picq qui se démultiplie à l’infini comme dans un jeu de miroirs. Jeanne présente 3 séries de gravures. Sur une gravure de la série « (Dé)masqués » Jeanne Picq plaque avec ironie un masque de bœuf sur le visage d’un boucher comme un ultime pied de nez, comme une petite vengeance. Le port d’un masque a la magie de nous faire devenir l’image portée et le boucher devient étrangement l'animal sacrifié dans une représentation à la fois sensible, décalée, et pleine d'humour. Étranges, irréelles et presque chamaniques sont aussi les deux autres séries « Prendre racines » et « A - Quoi - rium ». Les entrailles de la terre stoppent l’élan d’un cerf par un savant système de racines et d’exubérantes touffes végétales poussent sur la tête des poissons. « Les protagonistes de cet univers s'avancent tel un cortège d'une famille recomposée, escortée par la faune victime avalée déjà par la Terre-mère. Si, comme on l'a dit, l'humour est la politesse du désespoir, tel dans un miroir, on voit ici que le désespoir est la politesse rendue par l'humour."


Complément d'informations : 
Après avoir étudié une année aux ateliers de Sèvres et une à l'ENSAAMA Olivier de Serre, Jeanne Picq obtient son diplôme de gravure à l'école Estienne en 2007. Dès lors (en parallèle d'une licence d'arts plastiques), elle se consacre à la réalisation d'Estampes dans différents ateliers parisiens, et notamment auprès de l'association artegraf éditions, avec laquelle elle développe des projets de livres d'artistes présentés dans divers salons (Page, Salon du livre...). Jeanne Picq réalise aussi pendant un temps la mise en couleur des estampes tirées par la chalcographie du Louvre. Elle passe ensuite quatre années à Bordeaux où elle grave au sein de l'atelier La Belle Estampe présidé par Robert Frélaut (de chez Lacourière et Frélaut). En 2013, elle pose ses valises à Nancy et réalise plusieurs marchés de créateurs. Son travail mixe différentes techniques de taille douce (eau forte, pointe sèche, aquatinte,..) ainsi que des techniques de linogravure, alliées très souvent à des encollages de papiers à motifs." Evelyne Mary crée des images à l’aide d’un vocabulaire de formes qu’elle ordonne dans de belles compositions minimalistes où les couleurs intenses font vibrer le blanc de la page : il y a un jeu entre les figures et le fond, le plein et le vide, les masses et les lignes. La gravure est sa technique de prédilection et elle en utilise toutes les potentialités : linogravure, pointe-sèche, tampon… Les éléments du paysage sont figurés par des motifs en aplat tandis que les silhouettes surgissent par la grâce d’un trait, dans le blanc du papier. Formée aux arts appliqués à Olivier de Serres puis en illustration à l’Ecole Estienne, elle vit en sud-Ardèche. Elle a illustré plusieurs livres pour enfants, et crée des livres d’artistes pour adultes.
Horaires : 
Midi - 19h30 du mardi au vendredi 11h - 19h00 le samedi
Heures de vernissage : 
18h30 - 21h30
Moyens d'accès : 
Métros République, Filles du Calvaire, Oberkampf
Dernière mise à jour le 06 nov. 2018

Slow galerie

5 rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris 11
France
Téléphone : 01 43 55 44 68
Directrice : Lamia Magliuli