Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Maison Salvan - Ville de Labège

Share Share Share Share Share

Ange Leccia

Girls Ghosts and War

Arts plastiques - Exposition
22 septembre • 27 octobre 2018

Avec Girls, ghosts and war, Ange Leccia investit l’intégralité d’un centre d’art dont l’espace est marqué par son passé domestique, intime. L’épiderme des surfaces est sollicité : les projections se font sur la peau même des murs et de leurs aspérités, sans ajout d’écran. L’installation comprend cinq films distincts, accompagnés d’une bande-son unique. L’un de ceux-ci, qui peut être qualifié de principal, agence plusieurs séquences ainsi que différentes périodes et géographies. Les quatre autres films, — satellites du premier —, traduisent davantage l’obsessionnel en figurant des espaces-temps bouclés, fantomatiques, montrant des personnages féminins flottant dans leurs propres paysages intérieurs.

Pour composer l’exposition, et en particulier le film central, l’artiste traverse ses archives personnelles. Aux côtés d’images captées dans son quotidien, il en mobilise d’autres qui proviennent autant de New-York, datant de 1986, que d’Egypte et de Syrie (Damas, Palmyre) filmées à la croisée des années 1990 et 2000, ou encore d’Asie. L’artiste recourt également à des fragments enregistrés et empruntés à la sphère médiatique. Ceux-ci se focalisent sur les guerres au Moyen-Orient, les révoltes des Printemps arabes ou encore le personnage de Rie Miyazawa, figure pop et sujet innocent d’un vulgaire télescopage d’images : en 1992 des moments de sa vie futiles se trouvent mêlés, sur les écrans japonais, à la guerre qui décompose la Yougoslavie. Le montage de l’œuvre est en permanence dual. L’artiste travaille à la fois le temps et l’espace des cinq films. Un montage permet évidemment de les faire « progresser » tandis qu’un autre procède par surimpression d’images. La création de ce palimpseste manifeste les inconscients de personnages féminins dont Ange Leccia propose le portrait. Confrontées à une grande tension, à la violence paroxystique de la guerre, ces jeunes femmes deviennent de véritables icônes, des repères fragiles. Leur statut est ambigu et il est tout autant possible de les associer au drame qu’à la sérénité.

Complément d'informations : 
Dans le cadre du Printemps de septembre
Horaires : 
Mercredis, vendredis, samedis de 14 h à 18 h Jeudis de 12 h à 18 h
Partenaires : 
Printemps de septembre
Dernière mise à jour le 24 sept. 2018

Maison Salvan

1 rue de l'Ancien Château
31670 Labège
France
Téléphone : 05 62 24 86 55 / 06 71 31 23 11
Directeur : Paul de Sorbier