Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap. Consulter les archives de l'activité depuis 2007
    • Nouveautés, catalogue
    • Entreprises, médias et particuliers qui accompagnent le Cnap
    • Consulter les offres d'emploi et de stages
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791. Base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Cartographie des commandes publiques. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2015
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain et actions de recherche scientifique. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des ACR - Ateliers de création radiophonique, commandées par le Cnap et France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition imprimée et numérique
    • Soutien à la première exposition et à la publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

Musée Bernard d'Agesci

Share Share Share Share Share

« Un réalisateur en œuvres » Henri-Georges Clouzot

Arts plastiques - Exposition
11 octobre 2017 • 25 février 2018

Concevoir une exposition sur le cinéma est assez compliqué car son objet, l’image mouvante destinée à une salle obscure, n’est pas idéalement adapté à un parcours de visiteur, son temps de pause et de réflexion, ou à l’inverse un trajet rapide. Il s’agit par ailleurs de lui permettre de comprendre une oeuvre dont on ne peut montrer que des extraits et de se baser, pour celui ou celle qui a vu les films, sur un souvenir hypothétique.

Une exposition sur Henri-Georges Clouzot ne déroge pas à ces contraintes. Bien sûr il y a toujours la possibilité de proposer un accrochage de documents : l’exposition qui transmet un savoir en accumulant les informations et les traces, avec pour objectif d‘enseigner quelque chose au spectateur.
Mais elle se confronte dans notre cas à différents écueils. Apporter des éléments informatifs sur Clouzot dans un musée, n’est-il pas lui donner, une énième fois, un statut de héros qu’il n’a pas recherché de son vivant et qui n’apporte rien de plus à la littérature consacrée au personnage ? N’est-ce pas aussi faire passer la figure de l’artiste devant ses oeuvres ? Ou à l’inverse, n’est-ce pas se perdre dans des informations factuelles, des anecdotes, sur ses films ou sa vie privée qui finalement n’ont pas vraiment d’intérêt quand on se place dans la ligne de l’histoire de l’art, laquelle demande plutôt que l’on comprenne le sens et les articulations de son travail, la singularité de sa position d’auteur parmi ceux de sa génération ? Enfin et surtout : comment faire le portrait d’une personne que l’on n’a jamais rencontré ? Comment approcher au plus près de faits historiques complexes ?

Alors Un réalisateur en oeuvres est autant le portrait d’un personnage que l’image que nous nous en faisons aujourd’hui. Clouzot est issu d’une famille de lettrés et d’érudits niortais. Il « monte » à Paris à la fin des années 20 et est intronisé à l’intelligentsia parisienne et à ses artistes par son oncle, Henri Clouzot, directeur du Musée Galliera et expert en arts africains et décoratifs. Ce dernier est par exemple le commissaire de la première exposition de cinéma de l’histoire, dans son musée, en 1924. Côtoyant des artistes de renom (Braque, Picasso, Dubuffet, Vasarely), ami des figures du cinéma de l’époque (Jouvet, Montand, Signoret, Resnais, etc.), Clouzot, collectionneur attentif et amateur d’art éclairé a en effet fréquenté les artistes toute sa vie et a souvent noué des relations d’amitié avec eux, dont l’emblème reste aujourd’hui Le mystère Picasso. Trois de ses films font la part belle aux arts visuels qui lui étaient contemporains : Le mystère Picasso donc (avec la musique de Georges Auric), L’Enfer, et son dernier film, un peu son testament, La prisonnière. Ils sont tous les trois en partie les fruits de collaborations avec des artistes de son temps. Pour notre projet nous faisons le pari à la fois d’un portrait imaginaire et d’une exposition qui remplit le but historique du musée au travers des artistes qui ont nourri la pratique du réalisateur et qui ont souvent participé à ses films en créant des éléments de décors, des dispositifs optiques, voire en devenant eux-mêmes acteurs. Cela est particulièrement prégnant dans son dernier film, La prisonnière, où le réalisateur nous montre un condensé de ses obsessions et l’univers artistique dans lequel il vivait (notamment avec un appartement reconstitué à partir de sa collection personnelle et celle du galeriste Daniel Cordier), situant l’intrigue dans une relation sentimentale entre un artiste, son galeriste et leur égérie commune.
On peut aussi déceler dans ce film les dispositifs du cinéma qui font sa magie. Tout n’y est en fait que décor, projection, et, dans une certaine mesure, exagération de la réalité. Clouzot montre en effet dans La prisonnière deux environnements surréels : une exposition cinétique inspirée des expositions de la galeriste Denise René contenant un « Labyrinthe » confectionné avec les membres du Groupe de Recherche d’Art Visuel, et l’appartement du collectionneur mentionné plus haut. Le décorateur s’en donne à coeur joie, entassant presque les pièces dans l’exposition, quand l’appartement devient une idéalisation, par des objets, de l’état d’esprit de son propriétaire. C’est à partir de ce deuxième regard sur la réalité, ce regard de la fiction, que nous nous basons. Il n’y a pas lieu de penser une reconstitution historique quand dans le film il s’agit déjà d’une sorte de pastiche, et l’exposition à Niort, quoiqu’on en dise, est peut-être elle aussi un récit fictionnel. Par contre les constructions de Clouzot nous montrent clairement comment l’art et le goût de son époque étaient perçus, le tout devant être suffisamment réaliste pour faire son effet, tout en invoquant l’univers onirique du cinéaste, et devient à la fois un autoportrait du cinéaste et le miroir de ce qui l’entoure.
Les témoignages du cinéma de Clouzot sont précieux par ailleurs aujourd’hui, ils montrent des distinctions de classe, des habitudes, des mélanges, des affinités de genres qui ont complètement disparus de notre environnement. Ainsi ils nous permettent d’imaginer une époque et de reconstituer le maillon d’une chaîne qui parcourt tout l’art du XXème siècle.

Un réalisateur en oeuvres est bien une exposition d’histoire(s), mais elle est conçue avec une sensibilité et un oeil forcément anachronique, ceux du recul historique, auxquels se mêlent les
prismes et les problématiques du commissariat d’exposition actuel, un art qui existe toujours en relation avec un contexte.

Commissariat : Damien Airault

Dernière mise à jour le 13 déc. 2017

Musée Bernard d'Agesci

26 Avenue de Limoges
79000 Niort
France
Téléphone : 05 49 78 72 00
Site internet : Musée Bernard d'Agesci