Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Centre culturel suisse, CCS

Share Share Share Share Share

« Fernand Pouillon et l’Algérie. Bâtir à hauteur d’hommes » de Daphné Bengoa et Leo Fabrizio

Soutien à l'édition

Photographie - Divers
09 novembre 2019
Samedi 9 novembre à 17h au Centre culturel suisse, discussion autour du projet de Daphné Bengoa (cinéaste) et de Leo Fabrizio (photographe) sur l’oeuvre algérienne de l’architecte français Fernand Pouillon. 

Avec : Daphné Bengoa, Leo Fabrizio et Sam Stourdzé, directeur des Rencontres d’Arles.
En partenariat avec Les Rencontres de la photographie, Arles et Paris Photo
Entrée libre dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée. 

Le projet de Daphné Bengoa (cinéaste) et Leo Fabrizio (photographe) sur l’oeuvre algérienne de l’architecte français Fernand Pouillon (1912 – 1986), a fait l’objet d’une exposition présentée aux Rencontres d’Arles 2019 et d’un ouvrage paru aux éditions Macula. 

Ce livre présente les photographies de Daphné Bengoa et Leo Fabrizio, fruit d’un projet mené en commun sur l’oeuvre algérienne de l’architecte français Fernand Pouillon (1912-1986). En Algérie, ce bâtisseur effréné fut en effet le maître d’oeuvre de plusieurs cités (Climat de France, Diar-el-Mahçoul, etc.), de complexes touristiques (par exemple Sidi Fredj), de logements étudiants (notamment la cité universitaire Bab Ezzouar). Sur huit ans, les deux photographes ont effectué plusieurs voyages en Algérie pour documenter ce volet de son travail méconnu du grand public et en présenter un choix représentatif dans cet ouvrage.

Ce double corpus met en lumière la singulière interdépendance entre bâtir et habiter dont l’oeuvre de Pouillon est exemplaire. Leo Fabrizio, muni d’un matériel imposant, s’est attaché à photographier le temps long et les bâtiments dans leur état actuel, tandis que Daphné Bengoa, de son côté, est entrée dans l’intimité des foyers et s’est plutôt intéressée au temps court, aux habitants des cités de Pouillon et aux travailleurs de ses complexes touristiques.

Construit comme une promenade visuelle, ce livre de photographie est partagé en son milieu – entre deux cités – par un texte de l’écrivaine algérienne Kaouther Adimi, dont le dernier livre, Nos richesses, connaît un grand succès (notamment lauréat du prix Renaudot des lycéens 2017). Elle s’est librement inspirée de sa connaissance intime de l’Algérie, partant de ce corpus de photographies pour proposer un texte poignant, inédit, s’attachant à la vie d’une famille habitant l’une des cités de Fernand Pouillon, la cité aux deux cents colonnes.

Le photographe Leo Fabrizio (1976) vit et travaille à Lausanne, en Suisse. Son premier livre monographique Bunkers (2004) lui apporte une reconnaissance internationale, avec de nombreuses expositions, notamment la 9e Biennale d’architecture de Venise. Lauréat de prix prestigieux comme les bourses Leenaards (2004) ou le concours Suisse de design (bourses fédérales, 2003, 2006, 2001).

Daphné Bengoa (1981) vit et travaille à Paris comme photographe et cinéaste indépendante. Elle collabore en outre comme commissaire d’exposition, rédactrice et productrice à des projets culturels transdisciplinaires. Ce projet fera l’objet pour la première fois d’une exposition à l’abbaye de Montmajour aux Rencontres de la photographie d’Arles en 2019. 

Cet ouvrage a reçu le soutien à l’édition du Cnap. 

Texte de Kaouther Adimi
192 pages
140 illustrations
Format 22,5 x 30,5 cm
EAN 9782865891177
Parution 14 juin 2019
Diffusion L’EntreLivres (BLDD)
Distribution Belles Lettres Diffusion Distribution
Dernière mise à jour le 13 nov. 2019

Centre culturel suisse, Ccs

32 et 38, rue des Francs-Bourgeois
75003 Paris 03
France
Téléphone : 01 42 71 44 50
Télécopie : 01 42 71 51 24
Site internet : http://www.ccsparis.com
Courriel : ccs@ccsparis.com
Co-directeur : Olivier Kaeser
Communication-presse : Leopoldine Turbat
Co-directeur : Jean-Paul Felley